CASTELLO DI MIRAMARE - MUSEO STORICO

     termes d'utilisation

L’Histoire - Miramare après 1867

En 1867, à la mort de Maximilien et après le départ de Charlotte pour la Belgique, le Château accueillera pour de brèves périodes la famille de Habsbourg.
Entre 1869 et 1896 sont recensés au moins quatorze séjours de Sissi, l’impératrice Elizabeth d’Autriche épouse de François-Joseph, qui demeurera lui aussi au Château en septembre 1882, à l’occasion d’une visite officielle à Trieste.

Le 22 mars 1900, Stéphanie de Belgique choisit la chapelle du Château pour épouser en secondes noces le noble Hongrois Elemér de Lónyay. En mars 1914, François Ferdinand, l’héritier au trône, y accueille l’empereur Guillaume de Prusse, deux mois avant d’être assassiné à Sarajevo.

Les derniers Habsbourg présents à Miramare sont les souverains Charles et Zita, avec lesquels se conclut l’histoire de l’empire habsbourgeois.
Pendant la première guerre mondiale, le mobilier et les oeuvres d’art du Château sont déposés à Vienne dans les palais de Schönbrunn, du Belvédère et auprès des bibliothèques de Cour. Au terme du conflit, le domaine de Miramare passe sous administration italienne: sur la base d’accords préalables avec celle-ci, l’Autriche restitue, entre octobre 1925 et mars 1926, la totalité des meubles afin que le Château soit transformé en musée.

Après les restaurations nécessaires conduites par la Direction des Affaires Culturelles, l’inauguration du musée a lieu le 24 mars 1929. Par la suite, le musée ferme lorsque le Duc Amédée de Savoie-Aoste s’installe au Château en 1931 pour y rester jusqu’en 1937.
En 1943, sous l’occupation allemande de Trieste, le Château est transformé en Ecole pour les officiers nazis, ce qui le préserve d’éventuels bombardements. Pendant ce temps, le mobilier a été enlevé et gardé dans différents édifices publics.

En 1945, les troupes Néo-zélandaises s’installent au Château, auxquelles succèdent les Anglaises et en dernier lieu les Américaines, qui y restent de 1951 à 1954, l’année où Trieste est restituée à l’Italie sur la base du mémorandum décidé à Londres le 5 octobre. Le Château, le Petit Château et le Parc sont confirmés en tant que propriétés domaniales, et les travaux de restauration sont donc soumis à la Direction des Affaires Culturelles locales. Sur la base d’une documentation graphique et de photographies d’époque, les décorations en bois présentes dans les pièces sont reconstituées et les meubles, tableaux et tapisseries sont  réaménagés à l’original.

En mars 1955, le Parc est réouvert au public et le 2 juin de la même année, le musée baptisé officiellement “Musée Historique du Château de Miramare” est inauguré, confié à la “Soprintendenza per i Beni Storici Artistici ed Etnoantropologici del Friuli Venezia Giulia”.